Le but d’une évaluation est l’analyse des effets d’un projet et le jugement qu’on lui porte.

 

Ce jugement s’articule autour d’une palette de critères dans le domaine du développement, à savoir :

 

La pertinence

L’efficacité

L’efficience

L’impact

La viabilité ou pérennité

 

Pertinence :

Elle repose sur sa conception et sur l’attente des bénéficiaires et à leurs besoins. Notre projet répond aux problèmes identifiés et aux besoins réels. En milieu rural marocain, la population représente quelque 40% de la population du Maroc, soit 19 millions d’habitants. La majeur partie d’entre eux n’ont pas accès aux services de santé : isolement et pauvreté en sont les causes.

Très rares sont les dispensaires existants, très souvent éloignés des populations rurales. Les médecins du rural (1 médecin généraliste pour 20'000 habitants) sont rares et consultent en fonction de l’urgence. La pertinence concerne aussi l’adéquation du projet avec les problèmes à résoudre à deux moments distincts : lors de sa conception et lors de son évaluation. L’objectif de nos missions médico-chirurgicale et socio-éducatives ont été définies il y a 10 ans et sont restées les mêmes, conformément aux besoins réels.

Au plan de l’évaluation, en quelque 10 ans, ce sont plus de 220’000 patients que nous avons soignés, opérés souvent guéris, répondant à l’attente de ces populations, sans toutefois pouvoir répondre lors de chaque mission à toutes les attentes en termes de besoins.

Les nombreux ateliers-conférences à vocation socio-éducative ont été organisés parallèlement lors de chacune de nos missions dont l’objectif prioritaire avait pour thème la réduction de la mortalité maternelle en zone rurale, priorité du 

Gouvernement. Ces ateliers-conférences ont été largement suivis sans pouvoir toutefois disposer de statistiques en termes de réduction de la mortalité maternelle. Nous y avons certes contribué.

 

Efficacité :

C’est la réalisation des objectifs clairement définis au départ qui permettront son analyse à terme. En termes d’efficacité, le bilan global de chacune de nos missions s’est révélé grandement positif. Elle nous a permis de combler pour partie les besoins immenses en matière de santé de chacune des régions parcourues (voir statistiques en annexe).

Compte tenu de l’importance des populations du rural (19 millions d’habitants) nos objectifs n’ont atteint qu’une part bien modeste de l’ensemble de cette population.

 

Efficience :

C’est l’utilisation rationnelle des moyens à disposition et l’analyse du coût financier le plus bas. Toutes nos missions prennent en compte la solution la plus économique  possible. Les dispensaires ou les hôpitaux locaux quand ils existent sont mis gratuitement à disposition. Le choix du Maroc, porte d’entrée de l’Afrique n’est qu’à quelque 2 heures de vol de Genève, réduisant singulièrement nos coûts par rapport au choix d’un pays plus lointain. A l’interne, de nombreux déplacements sont effectués par avion militaire mis à disposition gratuitement par les Forces Armées Royales (FAR). Nos déplacements proches ont lieu en car. Le matériel médical acheminé par nos soins consiste en général en une donation des HUG ou sont acquis par notre organisation. Nos conditions d’hébergement sont sommaires, chez l’habitant ou dans des structures communautaires mises à disposition par les Autorités locales. Les médicaments, vaccins, etc. sont fournis gratuitement par les diverses Pharma marocaines et dispensés gratuitement.

 

Impact :

L’étude de l’impact mesure les retombées de l’action à moyen et long terme. A moyen terme l’impact de nos missions médicales et socio-éducatives est un succès mais ne peut pour des raisons d’efficacité que s’inscrire dans la durée tant les besoins sont grands.

L’impact est également l’appréciation de tous les effets du projet sur son environnement, effets aussi bien positifs que négatifs sur le plan social, politique, écologique. Au plan social, les soins apportés à ces populations ont été largement bénéfiques de même que l’information dispensée en matière de natalité, de planning familial ou nous avons répondu par des exemples simples à l’ignorance d’une grande partie de la population. Des patients soignés ont retrouvé le chemin de l’emploi, bénéfice sur le plan économique pour eux-mêmes et leur famille. Nos actions ont eu un impact fort sur le plan politique. A la suite de l’INDH dont les objectifs n’ont pas été atteints, le Maroc s’est engagé dans une politique de libéralisation économique qui a conduit l’Etat à se décharger sur les ONG et Associations locales, de responsabilités qui autrefois étaient de son ressort. Depuis les pouvoirs publics se font de plus en plus explicites : l’Etat ne peut plus tout faire et les Associations sont donc encouragées à jouer un rôle plus actif dans le domaine de la santé. Cette situation nouvelle a permis de renforcer nos actions communes.

 

 

Durabilité :

La pérennité vise à savoir si les effets de notre projet perdureront après son arrêt. En termes de santé et de mortalité, nos missions n’auront de sens que si elles s’inscrivent dans la durée tant les besoins sont immenses.

 

Si nous devions quitter la scène, nos partenaires médecins marocains assureront la relève, avec moins de moyens humains mais avec la détermination qui les caractérise (plus de 130 missions sur une période de 10 ans.)

Si, actuellement le Maroc fournit de gros efforts pour améliorer la santé rurale, le chemin sera très long à parcourir aussi longtemps que la participation du Ministère de la santé ne sera que de 5%.

 

Nous avons assumé nos responsabilités durant quelque 10 années et avons financé nous-mêmes de très nombreuses missions.

 

Aujourd’hui hélas ! notre participation ne pourra plus se poursuivre sans autre financement. Nous avons besoin de vous.

 

Merci

 

 

FAID 2017